· 

Être parent, c'est... inviter le jeu libre, l'ennui et le rêve

« Les enfants ont besoin de temps de pause qui permettent d’imaginer et de poursuivre leurs propres processus de pensée ou d’assimiler leurs expériences à travers le jeu ou tout simplement en observant le monde autour d’eux. C’est ceci qui stimule l’imagination, tandis que l’écran (entre autre), a tendance à court-circuiter ce processus et le développement de la capacité créative. » Dr Teresa Bolton, experte dans l’impact des émotions sur le comportement et l’apprentissage.

 

Les enfants d'aujourd'hui n'ont plus le temps de s'ennuyer et de rêver. A l'instar de leurs parents, leur emploi du temps est surchargé et nécessite une organisation sans faille : vite, vite, ne pas être en retard à l'école ! Se dépêcher de faire les devoirs ! Et aussi se dépêcher de manger, de marcher, de jouer et de prendre sa douche ! Lundi, il y a piano ! Mardi, c'est chorale ! Mercredi, entraînement de foot ! Jeudi, direction le centre équestre ! Vendredi, solfège ! Le week-end ? Cours de cuisine le samedi ! Et le dimanche, on appuie enfin sur pause ? Et non... Vite, vite, il y a compétition à 200 km...! Caricatural ? Pas autant que vous pourriez l'imaginer. Ce rythme effréné concerne de plus en plus d'enfants et de parents.

 

Notre société valorise une utilisation optimale de notre temps et encourage la course à la performance. Ne rien faire est vu comme quelque chose de négatif, c'est perdre son temps. Il est bien vu d'être « surbooké », d'avoir une vie professionnelle trépidante et une vie personnelle et sociale bien remplie avec de multiples activités et engagements associatifs. Idem pour les enfants qui cumulent de plus en plus souvent un sport individuel, un sport collectif, une ou deux activités artistiques en plus de l'école, des temps d'activités périscolaires, de soutien scolaire, de la garderie et d'éventuels cours particuliers. L'inactivité est un luxe.

 

En proposant ces multiples activités, les parents se montrent soucieux de bien faire et de favoriser l'épanouissement personnel de leurs enfants. Parfois, ils cherchent aussi à combler leur absence. Mais trop occuper les enfants les coupe d'expériences nécessaires à leur développement et les empêche d'explorer leur créativité. Cela peut même avoir des effets néfastes : dépendance aux stimulations extérieures avec une incapacité à s'occuper seuls ou à gérer l'attente et les frustrations, fatigue, épuisement, burn-out (de plus en plus fréquent chez les enfants), stress, insécurité...

 

En cette rentrée scolaire, où chacun court et remplit son agenda et celui de ses enfants, il est bon de rappeler que le jeu libre, l'ennui et le rêve ont une place importante dans le développement de l'enfant quel que soit son âge. La pratique du sport, des arts ou autre activité encadrée est bien sûr bénéfique pour son développement physique, cognitif, culturel et social. Mais l'enfant a aussi besoin de ne rien faire, de s'ennuyer, d'imaginer et de rêver. S'il vous plaît, chers parents, laissez-lui en le temps.

 

"Je ne sais pas quoi faire, je m'ennuie!". Et voilà, malgré le planning bien rempli, vous y avez droit! Face à cette sollicitation que tous les parents redoutent, grand nombre d'entre eux s'empressent de suggérer une activité, des écrans ou même quelque chose à grignoter pour remplir cette bulle de vide. Propositions souvent vite écartées par l'enfant qui revient à la charge : "Viens jouer avec moi !". Cela agace le parent qui n'a en général "pas que ça à faire" et qui ne comprend pas qu'avec tous les jouets à la disposition de l'enfant (dont certains n'ont jamais servi), il n'arrive pas à s'occuper seul.

 

Votre enfant ne vient pas vous solliciter pour vous déranger. S'il vous sollicite, c'est parce qu'il a besoin de vous. Dans son livre "Qui veut jouer avec moi", le psychologue américain Lawrence Cohen explique que l'enfant a besoin de "remplir sa tasse d'amour" en jouant et en passant du temps avec ses parents. Quand la tasse est vide, rien ne va plus ! Et ce ne sont ni le dessin, ni le foot qui la rempliront. L'ennui non plus d'ailleurs... C'est vous ! Mais nous reviendrons une prochaine fois sur l'importance de jouer avec son enfant.

 

Face aux sollicitations de votre enfant, vous pouvez bien sûr passer du temps avec lui, c'est primordial, ou lui proposer une activité... mais pas systématiquement. Lui laisser une plage de temps libre et d'ennui est un vrai cadeau à lui faire :

  • C'est une pause bienfaitrice face aux sollicitations perpétuelles du monde extérieur. C'est du temps pour rêver, imaginer, réfléchir, penser... et ne rien faire. Il permet ainsi à l'enfant de rétablir un équilibre entre son monde intérieur et le monde extérieur : ralentir le rythme, se construire en tant qu'individu, mieux se connaître, savoir ce qui lui plaît et lui fait du bien. C'est savourer un temps pour lui, au calme et donc apprendre à prendre soin de lui sans dépendre des autres.

  • Cela permet de s'approprier le temps qui passe : gérer son temps, planifier, organiser, apprivoiser la solitude... C'est un peu comme une page blanche que l'enfant remplira à sa guise.

  • L'enfant dispose d'un temps pour découvrir seul ses centres d'intérêt, développer ses talents et sa créativité, faire des projets pour lui et devenir autonome. Il puise dans ses ressources personnelles et non dans celles de l'adulte.

  • L'ennui développe les capacités d'observation et d'attention indispensables aux apprentissages et permet de les rejouer pour se les approprier. Que ce soit chez le tout-petit ou chez l'enfant d'âge scolaire, un enfant qui ne fait en apparence « rien », observe et apprend... Il est donc inutile de chercher à toujours l'occuper à l'aide de jeux, d'écrans ou de stimulations sonores et visuelles.

  • Le jeu libre est une opportunité fantastique de faire preuve d'inventivité, de créativité, de prendre des initiatives et de booster la confiance en soi et la persévérance.

Vous l'aurez compris, laisser régulièrement du temps libre et vierge à votre enfant est indispensable. Régulièrement car c'est aussi dans la répétition que l'enfant va développer ses compétences. Quand il vous sollicite, ne lui trouvez pas tout de suite une activité et encouragez-le à trouver seul des réponses. Cette prise d'initiative sera positive et valorisante pour l'enfant. Si c'est trop difficile pour lui, vous pouvez lui suggérer des pistes et des idées ou lui proposer un défi; il est important que l'enfant se sente entendu dans sa demande.

 

En conclusion :

Réévaluez les priorités au quotidien.

N'hésitez pas à dire à votre enfant qu'il a le droit de ne rien faire.

Laissez-le libre d'inventer ses propres jeux.

Favorisez-les activités extérieures (les enfants passent bien trop de temps assis et en intérieur).

Bannissez le plus possible les écrans !

Jouez avec lui chaque jour... mais pas toujours !

 

Savoir et faire sont importants. Être et rêver le sont tout autant ! Et c'est aussi valable pour les parents !